Dans la notion du massage équin se cachent beaucoup de choses.

  • Le massage thérapeutique, réservé aux vétérinaires – physiothérapeutes : il a pour seul objectif de soigner un traumatisme, une pathologie. Il est intégré dans un protocole de soins.
  • Le massage de préparation & récupération physique, dispensé par masseurs professionnels équins (issus d’une formation reconnue par l’état sous le code RNCP 31959) : il est personnalisé aux besoins du cheval. En plus d’apporter du confort physique et mental, il améliore son mouvement, supprime les maux du cheval actif ou du cheval retraité, telles que les tensions musculaires.
  • Le massage de tout le monde, que vous pouvez facilement apprendre via des tutos Youtube ou autres « petites » formations / initiations. Fait avant ou après une séance, il apporte un bien-être global. Il peut être complété avec un produit de soin comme un baume ou une huile.

Je vais m’arrêter sur le massage que j’exerce, le cas n°2 ci-dessus, et apporter quelques précisions.

 

Le massage professionnel

Le massage de préparation physique ne veut pas forcément dire « mettre en chauffe » le corps juste avant l’effort. Sous le terme « préparation physique », il y a :

  • L’accompagnement régulier du cheval : l’objectif est d’apporter du confort physique au cheval dans sa vie active ou au repos. Cela permet d’aider son corps à suivre les efforts imposés par l’entrainement, l’activité physique, que ce soit une activité de loisir ou de sport (avec ou sans compétition). En effet, une tension, une courbature, une gêne peut faire apparaître des compensations et des schémas de tensions musculaires susceptibles de limiter la mobilité d’une articulation, et par conséquent de dégrader un geste, une locomotion. Non éliminées, elles peuvent à terme créer un traumatisme comme des dorsalgies, tendinites ou autres…
  • La personnalisation de sa séance: Les besoins de cheval varient en fonction d’eux, leur entraînement, la période de leur vie. Aussi, la séance d’un jour n’est pas celle de la veille, ni ne sera celle du lendemain. De même, elle ne pourra jamais être celle de son voisin de box !

Michel Robert nous l’explique très bien dans son article de Horse Academy, où il l’a mis en place sur ses chevaux de sport. N’oublions pas que tout cheval, quels que soient son mode de vie, son activité et son âge peut avoir besoin que nous prenions soin de son corps.

 

Le massage : toute une technique

Le massage est la manipulation des tissus mous, dans le but de drainer, relâcher ou stimuler, et éliminer des points de tensions et restrictions liées à l’activité des muscles. Il contribue à un bon fonctionnement global du corps. En stimulant les circulations, les nutriments nourrissent plus facilement les tissus et les muscles, et les déchets sont plus rapidement éliminés. C’est essentiel pour que les muscles soient capables à tout moment de se contracter, se relâcher et de se laisser s’étirer.

A l’aide de la main et de toutes ses qualités sensorielles, je viens prendre individuellement chaque muscle superficiel, avec une technique, une pression et une vitesse adaptées ! Il ne faut pas oublier qu’un masseur doit connaître l’anatomie et la biomécanique du cheval. En massant un muscle, il sait exactement quel est son rôle dans le mouvement.

Comme les tissus sont tous connectés via les fascias (« tissus conjonctifs qui enveloppent et aussi connectent toutes ces structures entre elles), en relâchant un muscle superficiel, par effet de cascade, les muscles plus profonds seront aussi détendus. Cela montre que même si la main ne peut accéder à tous les muscles, elle peut agir indirectement sur les plus profonds, en relâchant celui en connexion.

De plus, la peau et les tissus musculaires sont très innervés. Le massage manuel vient alors activer le système nerveux parasympathique. Ce système nerveux est le système de la relaxation, il agit sur le ralentissement général des organes, la stimulation du système digestif et libère des endorphines. Souvent appelées « hormone du bonheur », ces hormones ont des propriétés analgésiques semblables à celles de la morphine. Celles-ci viennent faire lâcher le tonus global du corps et apporter un bien-être mental !

 

Le massage : une question de doigté et d’expertise

Ma formation me donne un socle solide de connaissances indispensables pour exercer. Ensuite, chaque praticien évolue en fonction de sa curiosité, ses sensibilités.

Ma boîte à outils n’est pas encore complète, bien que bien remplie. Aussi, je continue à me former, à réfléchir à de nouvelles techniques, nouveaux protocoles à des problématiques précises.

En effet, je personnalise chacune de mes séances pour un résultat ciblé.

Voici quelques retours clients non exhaustifs sur l’aide que je peux leur apporter :

Mon cheval est plus relâché, souple et délié, plus en équilibre

Sa ligne du dessus se tend, il fonctionne mieux dans son dos, dans son corps.

A l’obstacle, il ne se décale plus, saute plus droit et s’articule plus facilement.

Les incurvations et les flexions sont plus faciles aux 2 mains, moins de différence entre les 2 mains

 

A vous de trouver celui qui correspond le mieux aux besoins de votre cheval. Un seul conseil, assurez-vous qu’il soit bien issu d’une formation solide et non avec un certificat « en papier mâché » !

Vous vous interrogez si votre cheval en a besoin ?
Bénéficiez d’un entretien gratuit, prenons 15 min pour échanger.

 

 

Source :

Equine massage J-P. Hourdebaigt

Masser son cheval J. Masterson

“Ostéopathie pour le cheval” Katja M.-L. Eser ed. Maloine